« Angell » : l’ambition a deux roues !

ANGELL le « smart bike » à la française          Photo : angell.bike

Quelle place prendra le vélo au sortir de cette période de confinement ?

Un entrepreneur français, pense avoir la réponse et lance pour cela un ambitieux concept de « vélo intelligent ».

« La Gazette » c’est toujours intéressée aux démarches prospectives et la période actuelle de crise rend cette chronique de circonstance. Ainsi à l’aube de cette année nous nous demandions si 2020 ne serait pas l’année du vélo ? Elle ne le sera sans doute pas pour le cyclisme et pour les cyclos de Saint-Avé en même temps.
En revanche, beaucoup s’interrogent de savoir quelle place nouvelle va prendre le vélo dans les grandes villes au sortir de cette période de confinement.
Le besoin de grand-air, la crainte de la promiscuité et de la maladie, les préoccupations environnementales, l’asphyxie des villes par des masses de voitures mouvantes à seulement 15 km/h modifieront à coup sûr le comportement d’une partie des urbains qui se mettront alors naturellement au vélo et j’en suis sûr, pour beaucoup, au vélo électrique.
Je ne suis pas le seul à avoir cette intuition et à cet égard, mon attention a été récemment attirée, d’une part par un vélo de ville dont l’esthétique m’a tapée dans l’œil et d’autre part, par la façon originale de lancer ce vélo sur le marché.
Alors, il ne s’agit pas dans cette chronique de faire la promotion d’une marque ou d’un produit, mais simplement de faire écho d’une démarche marketing surprenante pour lancer sur le marché un produit somme toute assez banal et que l’on connait bien.
Ce vélo est d’après son promoteur déjà pré-vendu à plusieurs milliers d’exemplaires alors qu’il n’est pas encore distribué. Un peu à l’image des voitures électriques Tesla, vendues bien avant d’être construites. En effet, les premiers exemplaires ne seront livrés qu’au cours du mois de mai prochain pour les 500 premiers et à partir de fin juillet pour le reste.
Le promoteur est français, l’entreprise est française, le designer est français, mais la méthode de création est américaine et s’inspire à l’évidence de deux illustres entrepreneurs, Steve Jobs le créateur d’Apple et Elon Musk le PDG de Tesla et de Space X.
Cet entrepreneur c’est, Marc SIMONCINI, il a quelques références, il est le fondateur de « Meetic » le célèbre site de rencontres et du site de distribution d’optique en ligne « Sensee », deux références qui n’ont rien à voir avec le vélo, mais un patron souvent qualifié d’influenceur, qui ambitionne de créer un nouveau concept le « Smart Bike », conçu comme réponse aux difficultés de mobilités urbaines.
Le vélo, baptisé « ANGELL » a été présenté au cours d’une « Keynote ». Encore un terme américain qualifiant un discours de présentation et de lancement d’un nouveau produit à grand renfort de visuels, voire d’effets sonores. Un show à l’américaine en quelque sorte !
Le produit prétend être un « vélo intelligent »,« smart bike » en anglais.
Le vélo, on connait, celui présenté a été dessiné par Ora Ïto, un designer Marseillais.
Le style est dépouillé et pur, le cadre en aluminium, la fourche en carbone, les freins à disques, le guidon futuriste et le résultat est que ce vélo est tout simplement… beau !
L’intelligence elle est, quant à elle, à rechercher dans le numérique. On ne parle plus de guidon, mais de « cockpit de pilotage ». Le pilotage se fait en partie par l’intermédiaire d’un smartphone. Antivol à clé numérique avec alarme sonore, gestion des batteries (il y en a deux), clignotants, alerte en cas de chute, GPS, traçage en cas de vol, musique et autres applications. Il y manque la caméra arrière en guise de rétroviseur et un signaleur de dangers du type « Garmin », mais surtout il y manque des feux de frein performants.
Mais en matière d’intelligence artificielle (IA), tout peut-être imaginé comme « La Gazette » l’a régulièrement évoqué dans ses chroniques.
Alors, Marc Simoncini gagnera t-il son pari de créer un nouveau concept mondial de vélo et d’ainsi, influencer les comportements urbains ? On devrait le savoir d’ici l’automne prochain.
Si phénomène il doit y avoir, ce sera a priori, d’abord dans les grandes villes et on pense en particulier à Paris. Il annonce à ce jour plus de 1500 précommandes.
Pour vous faire votre opinion, visionnez la « Keynote » de Marc Simoncini.

JY.LP

Laissez un commentaire