L’entraîneur d’intérieur et la perception du temps

Tacx fait désormais partie de la famille GarminPhoto TACX GARMIN

Deux situations m’ont permis ces derniers temps de mesurer combien la perception du temps peut varier selon les circonstances et l’état d’esprit dans lequel on se trouve.

La première, c’est la situation de confinement qui s’impose à nous tous. Selon que l’on est occupé ou non et si par malheur l’ennui nous gagne, alors le temps devient très long et avec lui les journées, les semaines et les mois. On a tout intérêt à élaborer un programme d’activités pour s’occuper et l’esprit et les mains, à défaut des jambes.
Cela me rappelle un échange que j’ai eu avec Bertrand MERLET au sujet de la gestion du temps lors de ses Paris-Brest-Paris. Rappelons qu’il en a fait neuf.
« Il ne faut pas avoir à l’esprit les 1200 km, mais seulement les étapes entre chaque contrôle. (soit l’équivalent d’une sortie du dimanche) Il faut les vivre une à une, en les gérant au mieux et en gardant toujours un peu sous la pédale ».
Le confinement, c’est un peu pareil, il faut le gérer et surtout l’organiser au jour le jour, sans trop penser à sa durée.
La seconde situation, c’est lorsque je me trouve sur mon « entraîneur d’intérieur » (1) . – Le confinement semble provoquer chez moi une allergie aux anglicismes – Chacun conviendra qu’une séance d’entraîneur, (« gourdoner »… en breton), c’est en général beaucoup plus ennuyeux qu’une sortie en campagne. J’en fais tous les deux jours depuis le 17 mars.
Pour rompre la monotonie et l’ennui de ces séances, je me suis astreint à suivre un programme d’entraînement trouvé sur internet. Les séances durent entre 50 minutes et 1h15 maximum. Toutes sont découpées en tranches de 5 minutes maximum, à des intensités déterminées et précises. Dans cette situation, le nez collé sur le chronomètre, la perception du temps n’est pas du tout la même selon le type d’effort ou selon que ça fait mal aux jambes ou non. Pour une séquence au seuil et en fractionné par exemple, les 3 minutes de travail au seuil se révèlent bien plus longues que les 5 minutes en récupération…
Pour suivre un programme d’entraînement avec précision et exactitude, je conseillerais de disposer au minimum d’un chronomètre et d’un cardio-fréquencemètre. Si à cela vous pouvez rajouter un compteur de tours de pédales, voire un capteur de puissance se serait parfait. En effet les différents types d’efforts se traduisent en indicateurs physiologiques précis, spécifiques à chaque individu. Ils varient selon la condition physique, l’âge et autres aptitudes intrinsèques qu’il faut bien connaître afin donner une efficacité optimale à la séance d’entraînement et d’éviter de toujours possibles accidents, car le cœur est très sollicité. Les revues spécialisées ont maintenant largement vulgarisé ces techniques.
Au plan matériel, je roule sur un appareil muni d’un frein électromagnétique réglable qui permet de doser les efforts. C’est un compromis entre les basiques rouleaux libres d’antan et les appareils ultra-connectés que l’on trouve sur le marché actuellement mais qui peuvent être très coûteux. Ces derniers ont l’avantage d’auto-programmer des efforts du type « Mont Ventoux » ou « Tourmalet » par exemple ou alors d’organiser de véritables courses virtuelles en direct, via internet et avec des participants du monde entier. On y trouve quelques cyclos de Saint-Avé. Les connectés de « WhatsApp » les reconnaîtront.
En cette période de confinement on trouvera pléthore de programmes sur internet.
Pour ma part, j’ai adopté celui proposé par WTS (Société de conseils en entrainement sportif). C’est un programme assez exigeant pour cyclos confirmés. Il a l’avantage de s’étaler sur 11 séances et d’être différent à chaque fois. J’espère qu’il me permettra de préserver les quelques restes d’avant confinement. Autre avantage, les séances sont moins chronophages que sur la route et on a pas besoin de nettoyer son vélo en rentrant.
Voyez dans cet article un simple partage d’expérience. La vôtre est certainement différente et bien plus inintéressante. N’hésitez pas à la partager sur « La Gazette ».

JY.LP

(1) – Home-trainer

1 Response
  1. Alain Gouédard

    Bien vu Jean Yves, la bonne analyse au bon moment et face à toutes les situations, c’est une qualité que beaucoup de compétiteurs parfois négligent.

Laissez un commentaire