Daniel PROUST au cœur d’une course qui marque l’histoire du cyclisme

James MOORE 1 er vainqueur

Il y a quelque temps un copain du club, Jean Claude LE NOË, m’annonçait avec enthousiasme qu’il venait de découvrir dans un livre *, un article relatant la 100 ème édition de Paris-Rouen et qu’on y voyait sur le podium un autre copain de club, Daniel PROUST, arrivé deuxième.
Daniel courait à l’époque sous les couleurs de l’ACBB (Athletic Club de Boulogne-Billancourt). C’était en 1969, le vainqueur, Régis DELEPINE, fut alors félicité par le Dr James MOORE qui n’est autre que le fils du 1er vainqueur de Paris-Rouen.
De quoi titiller la curiosité de « La Gazette » : une centième édition en 1969, c’est dire que la première eut lieu en 1869 !… On va voir que cette course a marqué à jamais l’histoire du cyclisme.
Les historiens du vélo estiment que la première véritable course cycliste eut lieu dans le parc de Saint Cloud le 31 mai 1868. L’épreuve se déroula sur 1 200 mètres à l’intérieur du parc et c’est un anglais, vivant en France James MOORE qui gagna l’épreuve en trois minutes et cinquante secondes. Les vélos de l’époque de type Grand-bi à roues de bois pesaient dans les 30 kilos.
Les courses en étaient encore à leurs balbutiements mais elles se développèrent très rapidement. Organisées sur des distances très courtes, comprises entre 800 mètres et 4 kilomètres. Déjà James MOORE y brillait très souvent et ses multiples victoires l’amènent à être considéré comme le véritable champion de l’époque.

En 1869, un écrivain, éditeur, journaliste, Richard LESCLIDE et qui fût notamment secrétaire bénévole de Victor HUGO, fonda un journal « Le vélocipède illustré » et pour faire connaître son journal organisa une course phénoménale et encore jamais vue de 123 kilomètres entre Paris et Rouen. Il venait de créer la première « classique » de ville à ville.
Le règlement de course précisait : «La marche à pied auprès du véloce est admise, mais le coureur devra seul conduire et remorquer son instrument. Toute aide étrangère, tout emploi d’un moteur autre que la force humaine entraîne l’exclusion du concours. Il n’est pas permis d’emmener des chiens avec soi.»*

Le 7 novembre 1869, moins d’une centaine de vélocipédistes s’élancent de Paris. Seulement 34 d’entre eux, dont une femme, feront le parcours en moins de 24 heures et seront classés.
Le vainqueur James MOORE, reliera Rouen en 10 heures et 25 minutes soit à une hallucinante moyenne de 11,8 km/h…
Entouré d’une importante foule venue voir tout autant l’homme que la machine il recevra la jolie somme de 1000 francs, le second André CASTERA, un vélocipède et le troisième M. BOBILTIER une médaille d’or.

DELEPINE, en 1969, en mémoire de la première édition recevra 1000 Fr Or sous forme de 50 Louis d’Or des mains du fils de James MOORE et le second, Daniel PROUST un vélo et 5 Louis d’or, le troisième Patrice TESTIER, un Louis d’Or.  Photo : Jean Claude LE NOË.
Ce même mois de novembre 1869, se tient à Paris le 1er salon du cycle. On peut y admirer les premiers garde-boues, les roulements à billes et l’ancêtre de la roue libre inexistante sur les grands-bis dépourvus de pédalier. James MOORE connaissait très bien Ernest MICHAUX, -créateur de la pédale et du vélocipède en 1861- ils ont tout deux fait de la « draisienne ». C’est à partir de leurs pratiques qu’Ernest et son père Pierre eurent l’idée de fixer sur la roue avant des espèces de repose-pieds qui pourraient permettre de faire tourner la roue à l’image des bras de meules à affûter les outils. Le vélocipède était né.
Ainsi, Paris-Rouen fût la première course cycliste organisée en France sur une longue distance. Elle ouvrira la voie à bien d’autres classiques. Le dernier Paris-Rouen a été organisée en 2009.
La centième édition a échappé de peu à notre ami Daniel PROUST battu au sprint dans un groupe de trois fuyards et sur une machine bien plus performante que celles utilisées en 1869. Voir la photo du podium. La petite histoire raconte que Régis DELEPINE serait toujours en possession de ses 50 Louis d’or, quant à ceux de Daniel PROUST, il y a belle lurette qu’il les a croqués !
JY.LP

* « Un siècle de cyclisme » – Editeur : Calman Levy
* Sources : « Le Petit Braquet » – lepetitbraquet.fr – Wikipédia
Photo : André CASTERA (2ème) et James MOORE posent devant le vélocipède de James utilisé lors de Paris Rouen 1869.

Laissez un commentaire